PRÉSENTATION

Page de titre du manuscrit de Nicolas de Sainctot

Le texte que nous reproduisons ici nous oblige à faire un piteux mea culpa. Il a longtemps été présenté sur ce site comme un extrait des Mémoires de Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil (1648-1728). Pour comprendre cette erreur, sans l'excuser, il faut suivre la trace de ses éditions successives : le document apparut sans nom d'auteur en 1739 dans Le Cérémonial diplomatique des cours de l'Europe […], recueilli en partie par M. Du Mont, mis en ordre et considérablement augmenté par M. Tousset, membre des Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg et de Berlin, Amsterdam, La Haye, pp. 106-112. On le retrouvait un siècle plus tard dans la Revue de Paris du 28 août 1836, tome 31, pp. 253-260, sous le titre : Réception des ambassadeurs du roi de Siam en 1686, où il était présenté comme un extrait des manuscrits de M. de Breteuil, Introducteur des ambassadeurs. En 1863, les Variétés historiques et littéraires, tome 10, pp. 99-116, le publiaient à nouveau, sous le titre : Réception des Ambassadeurs du roi de Siam, en 1686. Extrait des Mémoires du baron de Breteuil. Le rédacteur et annotateur prenait le soin d'ajouter en note : Le baron de Breteuil fut Introducteur des ambassadeurs depuis 1698 jusqu’en 1715. Ses Mémoires existent en original à la bibliothèque de Rouen, fonds Leber, et la bibliothèque de l’Arsenal en possède une copie. Dernièrement il en a été donné de longs extraits dans le Magasin de Librairie, par MM. Ch. Roux et Frédéric Lock, qui pensaient les avoir consultés les premiers. (V. Magasin de Librairie, t. I, p. 120, note.). Ils se trompaient ; le chapitre que nous publions ici en est une preuve ; il n’est pas inédit. La Revue de Paris l’avait déjà reproduit dans son numéro du 28 août 1836, p. 253–260, sans se vanter d’avoir découvert le manuscrit d’où elle le tirait. Rendons justice à MM. Roux et Lock, ils avaient sans doute raison en affirmant qu'ils étaient les premiers à publier en 1859 des extraits du précieux manuscrit, document que la Revue de Paris n'avait vraisemblablement jamais consulté, car le texte qu'elle reproduit ne s'y trouve pas. Les deux extraits des Mémoires de Breteuil proposés dans le tome 10 du Magasin de Librairie concernaient l'ambassade d'Abdellah Benaïcha, ambassadeur du Maroc en 1698 (pp. 127-156) et l'ambassade de Mehmet Rıza Beğ, ambassadeur du Chah de Perse en 1715 (pp. 584-634). Sur l'ambassade siamoise de 1686, à peine quelques très brèves réminiscences, ce qui n'est guère étonnant, le baron de Breteuil n'ayant acquis la charge d'Introducteur des ambassadeurs qu'en 1698, et n'ayant probablement pas participé, ni même assisté comme témoin, à la réception.

Rendons donc à Nicolas de Sainctot Pingre, chevalier, seigneur des Farainvilliers, Introducteur des ambassadeurs étrangers près de Sa Majesté, ce qui lui appartient. Les quatre cahiers manuscrits de ses Mémoire sont conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, sous les cotes 14117, 14118, 14119 et 14120. Le texte transcrit sur ces pages se trouve dans le cahier n° 2, f° 133r° à 173r°. Il est précédé de l'Arrivée de trois mandarins de Siam en 1684 qu'on pourra lire également sur ce site. Signalons qu'une transcription des Mémoires de Sainctot a été réalisée par Mme Alice Camus, attachée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles, suivant les normes établies par Bernard Barbiche et Monique Chatenet, avec un respect rigoureux de la graphie, option que nous n'avons pas retenue. Nous avons transcrit le texte en français moderne, nous en avons revu l'orthographe et la ponctuation, et nous nous sommes efforcés de l'éclairer par des notes, espérant, comme le dénonçait déjà La Bruyère, n'avoir pas fait périr le texte sous le poids du commentaire.

Réception des ambassadeurs de Siam en 1686. 1ère partie.

RETOUR PAGE D'ACCUEIL    Retour page d'accueil