Présentation

Tout a commencé au Siam...

La rade de Batavia

Écrite en hollandais en 1636, la relation de Joos Schouten Notice sur la situation, gouvernement, puissance, religion, coutumes, commerce et autres choses remarquable du royaume de Siam a été publiée à la Haye en 1638 et a connu d'emblée un grand succès dans toute l'Europe. La version présentée ici est celle traduite et publiée en français soixante ans plus tard par les soins de feu M. Melchisedec Thevenot dans l'ouvrage Relations de divers voyages curieux qui n'ont point été publiées et qu'on a traduit ou tiré des originaux des voyageurs français, espagnols, allemands, portugais, anglais, hollandais, persans, arabes et autres orientaux, données au public, le tout enrichi de figures, de plantes non décrites, d'animaux inconnus à l'Europe et de cartes géographiques qui n'ont point encore été publiées, chez Tomas Moette, libraire, rue de la Bouclerie, à Saint-Alexis.

Justus Schuten naît à Rotterdam, sans doute à peu près avec le XVIIe siècle. C'est dans ce port qu'il passe sa jeunesse, nourri des récits d'aventure des équipages en goguette, des souvenirs des vieux marins dans les tavernes, rêvant au spectacle quotidien des innombrables vaisseaux qui partent, qui arrivent, qui reviennent. Lui aussi, comme tant d'autres, subit l'irrésistible appel du large. La toute jeune et déjà puissante Verenigde Oost-Indische Compagnie, la Compagnie Réunie des Indes-Orientales (VOC) offre – pour un salaire dérisoire – un avenir aux jeunes ambitieux en quête d'aventures et de richesses, et c'est comme aide cadet que Justus Schouten s'embarque en 1624 pour Batavia, la capitale stratégique de la Compagnie dans les Indes-Orientales.

Il est affecté au comptoir d'Ayutthaya, que les Hollandais ont ouvert dans la capitale siamoise en février 1608. Ce comptoir, jugé peu rentable, avait été fermé en 1622, (les Anglais avaient fermé le leur à la même époque, ils n'y reviendront qu'en 1661). Sous les ordres de Pieter van der Elst, le directeur du comptoir à cette époque, Joos Schouten fait ses premières armes, apprend la langue, les coutumes, les lois, pratique les relations plus ou moins diplomatiques avec les Portugais, les Anglais et les hauts fonctionnaires siamois, en un mot il apprend son métier de commerçant. Il assiste aux événements de 1628, à la sanglante guerre de succession qui suit la mort du roi Songtham et amène l'usurpateur Prasat Thong au pouvoir, et aux émeutes provoquées par les Japonais sous les ordres de l'aventurier samouraï Yamada Nagamasa. Sa relation est donc tout à fait documentée et offre un indéniable intérêt historique sur le Siam à cette époque.

En 1628, Joos Schouten gravit un nouvel échelon dans la hiérarchie de la VOC. Il est nommé second du nouveau directeur du comptoir d'Ayutthaya, Adrian de Marees. À cette époque, les rapports de la compagnie hollandaise avec le roi de Siam sont excellents : Adrian de Marees est élevé au titre honorifique d'Ok-Luang et reçoit la boîte de bétel en argent qui accompagne traditionnellement cette nomination. Joos Schouten est fait Ok- Khun, et reçoit l'épée d'or, symbole de sa nouvelle dignité. Mais une fois encore, la rentabilité du comptoir est jugée insuffisante par la Compagnie qui décide sa fermeture en 1629. Joos Schouten retourne à Batavia, puis est envoyé trois ans au Japon dans l'île de Hirado.

La réouverture du comptoir est décidée en 1633. C'est cette fois Joos Schouten lui-même qui en est nommé directeur, avec pour second Jeremias van Vliet. Pendant les trois années qu'il demeure à Ayutthaya en cette qualité, son rôle est considérable. Il initie la construction d'un nouveau comptoir qui, en dépit de son coût considérable (les matériaux de construction introuvables au Siam sont expédiés de Batavia) suscite l'admiration de tous. Le roi Phrasat Thong le consulte régulièrement et lui octroie même, en remerciement d'une action de représailles menée contre la reine de Pattani qui revendique son indépendance, la boîte de bétel en or et la dignité de Khunnang.

La fin de Joos Schouten est de ces morts atroces et intolérables qui font entrer leurs victimes dans la légende. Il laisse en 1636 le comptoir d'Ayutthaya sous la responsabilité de Jeremias Van Vliet, il retourne aux Pays-Bas en 1638, année de la publication de sa relation, puis est à nouveau nommé à Batavia, conseiller du gouverneur général Antonio van Diemen. C'est là que le scandale éclate en 1644 : il est accusé de pratiques contre nature et jugé coupable de l'acte sale et vil de sodomie, un péché si abominable dans les yeux de Dieu qu'Il a détruit la terre et des villes avec le feu du ciel comme un avertissement au monde entier. Joos Schouten ne nie pas ses penchants, tout a commencé au Siam, dit-il pour sa seule défense. Il ne trouve cependant pas chez ses impitoyables coreligionnaires la tolérance dont il avait pu bénéficier dans le royaume. Il est condamné à être brûlé vif. Toutefois, en reconnaissance de ses bons et loyaux services, la peine est au dernier moment légèrement adoucie, on lui accorde le droit d'être étranglé avant d'être dévoré par les flammes.

DÉBUT DE LA RELATION DE JOOS SCHOUTEN

RETOUR PAGE D'ACCUEIL    Retour page d'accueil