Liste des présents envoyés à Siam.
Mercure Galant d'avril 1687, pp. 185-217.

Page du Mercure Galant

J'ai poussé trop loin tout ce qui regarde l'ambassade de Siam en France pour ne pas achever en vous apprenant ce qu'il y a longtemps que vous désirez savoir, et dont il m'a été impossible d'être plutôt informé de la manière que je le souhaitais. On peut dire que c'est la seule chose qui manquait au journal de cette ambassade, après les quatre lettres que je vous ai écrites là-dessus, et ce que je vous ai appris dans ma dernière, touchant ce qui s'est passé à Brest avant l'embarquement des ambassadeurs, et dans le temps qu'ils se sont embarqués. Je vous envoie donc cette liste des présents si désirée, et dont la richesse marque la grandeur du roi. Il y a beaucoup de choses parmi le grand nombre d'articles que vous allez voir, qui sont pour la princesse reine.

On peut aisément distinguer parmi ces articles les choses qui conviennent à la princesse reine, comme des chemises de point, des montres, des pendules, des miroirs, des écritoires, des cassettes, des cabinets et généralement tout ce qui regarde les toilettes, soit pour l'usage, soit pour l'ornement.

Comme M. Constance est catholique, il y a une très belle chapelle pour lui avec quantité d'autres présents qui lui conviennent. Il y a aussi un habit du roi pour le même M. Constance, accompagné de tout ce qui regarde le reste de l'habillement. Il avait témoigné aux ambassadeurs avant leur départ qu'il souhaitait avec passion avoir un des habits de ce prince. Tous ces présents sont accompagnés de plusieurs autres, au nom de Mgr le Dauphin et de Mme la Dauphine.

Je vous ai marqué la manière galante dont Monsieur a fait des présents quelque temps avant le départ des ambassadeurs. Un jeune prince qui n'est pas moins estimé par son esprit que par la grandeur de sa naissance, a fait aussi un présent très considérable au roi de Siam. C'est un grand livre où toutes les conquêtes du roi, depuis le commencement de son règne, sont peintes sur du vélin, et vis-à-vis de chaque tableau, qui représente ou la prise d'une place, ou le gain d'une bataille, ou quelque action éclatante et guerrière, l'histoire de ce tableau est écrite et toute renfermée dans la page. Il y a une autre page blanche qu'on a laissée pour y mettre la traduction que l'on doit en faire en siamois.

Présents de Sa Majesté aux ambassadeurs.

M. de Croissy et de Seignelay ont aussi envoyé de très beaux présent à M. Constance, qui leur en avait envoyé de Siam. Parmi ceux qui sont partis, il y a des miroirs d'une grandeur et d'une beauté surprenante, plusieurs vases, buiresCruche en terre ou en métal, à large panse et de grande capacité, utilisée autrefois pour l'eau, l'huile, le lait, etc. Par extension : Vase à bec évasé et à anse, en métal, verre ou pierre dure (agate, albâtre, onyx, etc.) destiné autrefois à contenir des boissons, quelquefois des parfums, et devenu objet de décoration., bassins et bocaux de vermeil doré, dont la ciselure est très belle. Il y a aussi plusieurs ouvrages des manufactures de France, et de tout ce qui s'y fait de plus rare et de plus beau.

Présents des jésuites au roi de Siam.

Tous ces ouvrages ont été faits par M. Thuret, dont le génie est admirable pour ces sortes de choses, et qui n'est pas moins connu et estimé chez les étrangers qu'il l'est en France. Ils feront connaître aux peuples d'Orient que les beaux-arts fleurissent beaucoup plus en ce royaume qu'à la Chine et au Japon, et les Indiens, qui croient surpasser en richesse tous les peuples de la terre, verront par les présents du roi, sortis de la seule Cour de France, que les Indes n'en fournissent pas autant à toutes les autres nations pendant des siècles entiers. La plupart de tous ces ouvrages ont été vus chez M. Alvarez (4) qui a conduit particulièrement ceux qui sont enrichis de pierreries, dont il a fourni un fort grand nombre. Son activité a fait voir son zèle. Il a tout fait mettre dans des caisses de plomb, scellées avec d'autre plomb, de sorte que tout ce que ces caisses renferme est impénétrable à l'air de la mer (5).

NOTES :

1 - Bertrand Piraube (1635-1725), armurier ordinaire du Roi, demeurant aux Galeries du Louvre. 

2 - Isaac Thuret (1630-1706), horloger du roi, était chargé de l'entretien des machines de l'Académie des sciences. En 1675, pour satisfaire une commande de Christiaan Huygens, Isaac Thuret exécuta la première montre à ressort spiral réglant, autrement appelée montre marine capable de mesurer des longitudes à bord d’un bateau. (Source Widipédia). 

3 - Balthazar Martinot, dit l'Aîné, (1636-1714), écuyer, valet de chambre-horloger ordinaire de la reine mère Anne d'Autriche en 1665, puis horloger ordinaire du roi, était considéré de son temps comme l'un des plus fameux horlogers de toute l'Europe. (Source Wikipédia). 

4 - Louis Alvarez, qui se titrait baron de Coursan, était un très riche banquier, traitant et fournisseur, qui avait eu les charges de joaillier du roi et de trésorier des Cent-Suisses. (A. M. de Boislile : Mémoires des intendants sur l'état des généralités dressés [sic] pour l'instruction du duc de Bourgogne, 1881, note 9 p. 245). 

5 - Malgré tous les soins, la plupart des présents arrivèrent en mauvais état à Brest, puis au Siam, comme le relate le père Tachard dans son Second voyage de Siam […] (1689, pp. 9-10) : … les ballots furent très longtemps à venir. Il vinrent enfin, les uns par mer, les autres par terre par des rouliers. Les derniers furent les plus tôt venus, mais soit qu'ils fussent mal emballés, soit que les charrettes eussent versé, soit qu'on ne les eût pas choyés en les déchargeant, ils arrivèrent en si mauvais état qu'il n'y avait presque rien d'entier ; surtout les miroirs, les pendules, les ouvrages d'ambre et de corail furent extrêmement endommagés. Ceux qui vinrent par mer ne furent pas exempts d'accidents. On trouva en les déballant à Siam beaucoup de glaces brisées en morceaux, des pièces d'étoffe et des tapisseries toutes gâtées, en quoi Messieurs de la Compagnie perdirent près de quarante mille livres. 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL    Retour page d'accueil